Librettistes

VOLTAIRE, François Arouet dit (1694-1778)

François-Marie AROUET, dit VOLTAIRE (1694-1778). Lorsque Rameau fut introduit dans le salon de La Pouplinière grâce à l’entregent de Piron, il y fit la connaissance de Voltaire récemment revenu à Paris pour triompher au théâtre avec sa pièce Zaïre (1732). Voltaire proposa à Rameau de mettre en musique l’histoire de Samson. La reprise récente de la pièce éponyme de Riccoboni à la Comédie italienne donna certainement l’idée à Voltaire de porter ce sujet sur la scène de l’Académie royale de musique. Voltaire indiqua lui-même dans sa préface que l’œuvre fut prête en 1732. Cependant la divergence de points de vue qui s’est vite instaurée entre Rameau et Voltaire sur la forme définitive de cet opéra, l’exil de l’écrivain en 1734 à cause de la parution de ses Lettres philosophiques et la censure prononcée en 1736 empêchèrent la représentation publique de cette œuvre. Rameau, malgré cet échec, réutilisa sa musique pour les opéras qu’il composa par la suite, à commencer par Les Indes galantes et Les Fêtes d’Hébé. Une douzaine d’années plus tard, les deux hommes se retrouvèrent pour collaborer à nouveau dans le cadre des fêtes nuptiales du Dauphin célébrées à Versailles (1745), avec deux nouveaux opéras : la comédie-ballet La Princesse de Navarre écrite dans l’esprit de Molière et Lully (puis remaniée en acte de ballet sous le titre des Fêtes de Ramire) et, neuf mois plus tard, l’opéra-ballet Le Temple de la Gloire dans lequel Voltaire voulut innover en portant sur la scène «  le vrai courage, la modération, la clémence qui suit la victoire, la félicité des peuples ». Pour satisfaire Voltaire, Rameau reprit la musique de son cher Samson dans l’air de l’Envie du prologue du Temple de la Gloire, « Profonds abîmes du Ténare… », en souvenir de leur collaboration passée.

[Patrick Florentin]