Nouvelle génération

GIROUST, François (1738-1799)

François GIROUST (1738-1799) fut enfant de chœur à la maîtrise de Notre-Dame où il demeura jusqu’à ses dix-huit ans. Dès l’année suivante, il obtint le poste de Maître de Chapelle de la cathédrale d’Orléans. Devenu célèbre à Paris, il se fit remarquer en gagnant haut la main un concours de motets institué par Dauvergne en 1767. À compter de ce moment, il eut l’occasion de composer nombre d’œuvres sacrées pour le Concert Spirituel et accéda, en 1775, à la charge de Maître de la Chapelle royale. La même année, il donna une Messe brève pour le sacre de Louis XVI à Reims, œuvre reprise pour les cérémonies liées à la convocation des États Généraux en 1789. Cumulant avec son poste à la Chapelle celui de Surintendant de la Musique de la Chambre du roi, il fut l’un des plus puissants compositeurs de Versailles durant la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les événements révolutionnaires portèrent un coup fatal à sa carrière. Relégué pendant un temps à la fonction de concierge du château abandonné, il regagna lentement une position sociale plus confortable grâce à plusieurs hymnes patriotiques et pièces de circonstance. Avec près d’une centaine d’œuvres, Giroust est le dernier grand représentant du grand motet versaillais, à la suite de Mondonville et Blanchard. Ses ouvrages témoignent d’un habile compromis entre tradition et modernité (autant dans l’écriture que dans l’orchestration), à l’heure où la Cour avait ouvert ses portes aux compositeurs internationaux comme Gluck et Piccinni.

[Benoît Dratwicki]